L'ODJ Média



La Confédération Marocaine de TPE-PME dénonce son exclusion du dialogue social


Rédigé par La Rédaction le Dimanche 31 Mars 2024

La Confédération Marocaine de TPE-PME dénonce son exclusion du dialogue social et alerte sur la situation critique des TPE-PME et des Auto-entrepreneurs au Maroc



La Confédération Marocaine de TPE-PME dénonce son exclusion du dialogue social et alerte sur la situation critique des TPE-PME et des Auto-entrepreneurs au Maroc

La Confédération Marocaine de TPE-PME, organisme représentatif des Très Petites Entreprises (TPE), Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des Auto-entrepreneurs au Maroc, souhaite exprimer sa profonde préoccupation quant à son absence dans le dialogue social en cours entre le gouvernement, les syndicats et le patronat. En tant que voix des TPE-PME et des Autoentrepreneurs, nous sommes déçus de constater que nos préoccupations et nos intérêts ne sont pas pris en compte lors de ces discussions cruciales pour l'avenir de notre pays.

Nous tenons à souligner les points suivants :

1. Les décisions prises lors du dialogue social ne seront pas applicables pour nos TPEPME : En raison de notre exclusion de ce dialogue social tenue en ce moment, la Confédération Marocaine de TPE-PME considère qu'elle n'est pas tenue de mettre en œuvre les décisions qui en découlent. Il est essentiel de souligner que notre absence dans ces discussions affaiblit la légitimité de tout accord conclu sans notre participation vue que le patronat ne représente pas tout le secteur privé au Maroc. Nous demandons au gouvernement et aux syndicats d’assumer leurs responsabilités

2. Augmentation du salaire minimum (SMIG) n’est pas d’actualité : Nous tenons à rappeler que les TPE-PME ne sont pas en mesure d'appliquer des augmentations supplémentaires, étant donné leur situation dramatique et le manque d'accompagnement et de soutien de la part du gouvernement. Il est crucial que nos voix soient entendues et que des solutions adaptées à nos réalités spécifiques soient prises en compte vue la crise grave que vie nos TPE-PME et Autoentrepreneurs et la proposition d’augmenter le SMIG pour atteindre 5000 DH en cette période de grave crise est impossible pour les TPE et PME

3. Exclusion des programmes, des PLF et des Conseils d'administration : La Confédération Marocaine de TPE-PME condamne fermement son exclusion du dialogue social, ainsi que des différents programmes, des projets de loi de finances (PLF) et des Conseils d'administration des organismes directement impliqués dans la gestion des TPE-PME comme exemple la CNSS,
Maroc PME, Tamwilcom, CESE DGI, ANAPEC, AMDIE, Finéa, Commissions Nationales Régionales d’investissement, etc .... Cette exclusion affecte considérablement notre capacité à influencer les politiques qui nous concernent directement.

4. Gravité de la situation des TPE-PME et des Auto-entrepreneurs : Nous attirons l'attention des pouvoirs publics, des partis politiques, des organisations nationales et des partenaires sociaux sur la gravité de la situation actuelle des TPE-PME et des auto-entrepreneurs au Maroc. Le nombre croissant de faillites dans notre secteur dépasse largement les chiffres officiellement
publiés récemment. Ces chiffres de 14.000 publiés récemment recensent uniquement les faillites d’entreprises personnes morales 99% sont des TPE Et si on ajoute les faillites des entreprises personnes physiques le nombre dépasse de loin les 33.000. Sans oublier le secteur informel qui a dépassé la ligne rouge avec 77,3% des postes d’emploi créés au Maroc d’après la Banque Mondiale. Il est urgent de prendre des mesures concrètes pour soutenir nos entreprises et préserver l'emploi qu'elles génèrent.

5. Absence du ministère de la tutelle : Nous dénonçons l'absence du ministère de l'Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l'Emploi et des Compétences dans nos préoccupations et dans les décisions et programmes qui nous concernent directement. Nous appelons à un réexamen de cette politique et à une réelle prise en compte de nos besoins et de nos perspectives lors de l'élaboration des politiques économiques. Nous dénonçons l’absence du dialogue avec ce ministère de tutelle et son rapport uniquement avec le patronat qui loin de nous représenter

6- Relance du Programme Intélaka : La Confédération Marocaine des TPE-PME sollicite le ministère des Finances, le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) et TAMWILCOM pour relancer le programme Intelaka, actuellement en attente, tout en veillant à ne pas négliger le Fond Mohamed VI d'investissement. Ce dernier devrait prioritairement accompagner les TPE-PME en difficulté qui sont exclues des possibilités de financement.

Malheureusement, ce fond se concentre exclusivement sur les entreprises de taille moyenne et grande affiliées au patronat. Nous avons soulevé ces problèmes lors des récents communiqués, lorsque le président du Fond Mohamed VI et le ministre de l'investissement se rendaient au siège du patronat sans se préoccuper des TPE-PME et de notre Confédération.

7- Quota des 20% des commandes publiques destinées aux TPE-PME : La Confédération Marocaine de TPE-PME réclame la publication des décrets d'applications concernant le quota des 20% des commandes publiques destinées aux TPE-PME, suite aux promesses non tenues de la Ministre des Finances lors d'une réunion entre le Président de la Confédération et Madame la
Ministre des Finances, Madame Alaoui en décembre 2022 qui promet plusieurs promesses en faveur des TPE-PME non tenues malheureusement. Parmi ces promesses figurait la publication des décrets d'applications concernant le quota des 20% des commandes publiques destinées aux TPE-PME, conformément à la loi publiée en 2013. Malheureusement, à ce jour, aucune action n'a été entreprise pour concrétiser cette promesse.

Par conséquent, la Confédération Marocaine de TPE-PME exhorte le gouvernement à respecter ses engagements et à prendre les mesures nécessaires pour publier les décrets d'applications relatifs à ce quota des 20% des commandes publiques destinées aux TPE-PME. Cette mesure est essentielle pour favoriser l'inclusion économique des petites entreprises et pour stimuler leur croissance et leur développement. Nos TPE-PME perdent chaque année presque 60 milliards de DH d’investissements d’un total de plus de 300 milliards de DH d’investissements que le patronat avec ses grandes et moyennes entreprises sont les seules bénéficiaires

Nous rappelons que l'application de ce quota permettrait de dynamiser l'économie nationale en offrant de nouvelles opportunités commerciales aux TPE-PME, tout en favorisant la création d'emplois et en renforçant le tissu économique local. De plus, cela contribuerait à réduire les inégalités et à promouvoir une répartition plus équitable des ressources économiques.

8- La Confédération Marocaine de TPE-PME annonce la création de l'Observatoire Marocain des TPE : Suite à notre précédent communiqué de presse exprimant notre préoccupation quant à notre exclusion de l'Observatoire Marocain des TPME, créé par le patronat et Banque Al-Maghrib, la Confédération Marocaine de TPE-PME est heureuse d'annoncer qu'elle procédera
prochainement à la création de l'Observatoire Marocain des TPE.

Cette initiative fait suite à l'une des recommandations de la stratégie TPE lancée en mai 2013, qui prévoyait la création d'un observatoire dédié aux TPE. Malheureusement, un Observatoire des TPME a été créé et qui a exclu notre Confédération malgré nos multiples tentatives pour y adhérer.

L'Observatoire Marocain des TPE aura pour objectif de collecter des données, d'analyser les tendances et d'évaluer l'impact des politiques économiques sur les Très Petites Entreprises au Maroc uniquement car les TPE sont tout-à-fait différentes des PME. Il permettra également de mettre en évidence les défis spécifiques auxquels font face les TPE et de formuler des recommandations pour soutenir leur développement et leur croissance.

Nous sommes convaincus que la création de cet observatoire spécifiquement dédié aux TPE permettra de combler le vide existant et de garantir que nos voix et nos besoins sont pris en compte dans l'élaboration des politiques économiques et des décisions qui nous concernent directement. La Confédération Marocaine de TPE-PME invite tous les acteurs et partenaires
intéressés par les TPE à rejoindre cet Observatoire et à contribuer activement à sa mission.

Nous croyons fermement à l'importance de la collaboration et du dialogue pour soutenir la croissance et la prospérité de notre pays. La Confédération Marocaine de TPE-PME reste engagée à défendre les intérêts des TPE-PME et des Auto-entrepreneurs, et nous continuerons à œuvrer pour créer un environnement favorable à leur développement et à leur succès.

Abdellah EL FERGUI 





Dimanche 31 Mars 2024

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.







Recherche






















Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala
Menu collant à droite de la page