L'ODJ Média



CAN ya ma CAN !


Rédigé par le Dimanche 14 Janvier 2024

Encore une épopée des Lions en Côte d'Ivoire, et on oubliera volontiers nos soucis socio-économiques !



A lire ou à écouter en podcast :


La magie du foot comme exhutoire !

Si comme moi, vous en avez ras-le-bol des faits divers et des scandales à répétition qui sont devenus notre pain quotidien , si vous en avez plein le capot de la flambée des prix du brut , de l'inflation et de la course effrénée du coût de la vie , il n'y a rien de mieux que la Coupe d'Afrique pour souffler durant deux ou trois semaines, voire même jusqu'au 11 février si Dieu le veut bien, c'est à dire si tout va bien pour nos Lions jusqu'à la finale de cette trente- quatrième Coupe d'Afrique des Nations qui se tient en côte d'ivoire depuis samedi dernier.

Aucun expert , sociologue , philosophe ou autres n'a jamais apporté la moindre explication raisonnable à ce phénomène irrationnel qui se produit à chaque compétition internationale où sont engagés nos Lions de l'Atlas !

Et ce n'est pas aujourd'hui ni demain que l'on vous dira pourquoi il n'y a que  le football, et absolument rien d'autre, pour provoquer des émotions immenses et d'incroyables effusions de joie  ou de tristesse !

De nouveaux exploits de Yassine Bounou , des coups de pieds magiques de Hakim Zyech , des dribbles insolents de Boufal , Ounahi et Harit et des buts marqués par Youssef Ensseyri et les marocains seront heureux malgré la conjoncture, feront la fête très tard dans la nuit et oublieront tous les déboires du quotidien.

Les exploits de Qatar 2022 sont encore très présents dans nos mémoires, et il faut bien admettre que Walid Regragui a placé trop haut le plafond des ambitions des marocains concernant leur équipe nationale.

Oui , mais encore une fois, comment expliquer ce niveau d'exigence que nous avons pour les résultats de l'équipe du Maroc et que nous n'avons certainement pas pour l'école publique, pour notre système de santé, pour l'emploi, voire pire pour les attentes vis à vis du rendement du gouvernement !? 

Pour vivre heureux, vivons cachés !

Très conscient des attentes qu'il a suscité depuis la dernière demi-finale de la Coupe du Monde, Walid Regragui n'en démord pas mais n'arrête pas de répéter , à qui veut bien l'entendre  , qu'il n'est pas en Côte D'ivoire pour devenir champion d'Afrique.

De la pure stratégie chez le coach national qui protège son groupe de toute pression inutile et qui préfère ne pas afficher ses ambitions.On pouvait s'attendre toutefois à ce que l'équipe du Maroc  dévoile sa volonté d'aller jusqu'au bout et assume  d'emblée son statut de favori, mais non :  pour vivre heureux vivons cachés ! 

La Coupe d'Afrique, absolument pas une spécialité de l'équipe du Maroc !? 

Très malin, Walid est un parfait connaisseur : il sait qu'il n'y a plus de petite équipe sur le continent et que tout peut arriver. Surtout, il est conscient que la page de Qatar est définitivement tournée car en Côte d'Ivoire le contexte sera complètement différent : il fera très chaud, très humide et il n'y aura pas de climatisation comme à Doha .

Un demi-siècle de claques et de gifles ! 

Lorsqu'on regarde le palmarès des participations controversées et décevantes des Lions de l'Atlas sur le continent, on constate avec amertume que la Coupe d'Afrique n'est assurément pas une spécialité marocaine puisque depuis presque un demi-siècle, les claques et les gifles reçues par le football marocain sont trop nombreuses. 

Des contre-performances et des échecs à répétition ! 

En 1976 , pour le seul titre de champion d'Afrique du Maroc, la compétition se joue avec huit équipes seulement et la Guinée est franchement au dessus du lot , sauf que les vaillants Hazzaz , Faras , Zahraoui Chrif , Tazi Baba et Guezzar , pour ne citer que ceux-là ,  se battent comme des Lions justement  contraignant la Guinée à un nul alors que cette équipe aurait dû nous en mettre cinq !

Moralité : inutile d'être la meilleure équipe du tournoi pour remporter le titre ! La preuve, en 2004 en Tunisie, les Lions de Baddou Zaki jouent le meilleur football en Afrique mais se font battre en finale par une moribonde équipe de Tunisie.

Sinon, l'histoire du football marocain en CAN se résume à peu- pres ceci: Des équipes très peu inspirées , des préparations anarchiques , des choix hasardeux de la FRMF, des entraîneurs pas toujours très compétents ni loyaux , et des joueurs qui lèvent le pied pour retourner au plus tôt retrouver leur club en Europe !

Un jeu tiré par les cheveux, une équipe du Maroc qui ne mouille pas le maillot et qui n'honore pas le drapeau, des déconvenues inexplicables , une opinion publique déchaînée et en colère et des prestations médiocres , un énorme gâchis, des éliminations ridicules et à répétition à tel point que beaucoup d'observateurs en Afrique avaient commencé à se dire , et pas seulement en privé, que le football marocain n'était pas vraiment sérieux ! 

Au jour d'aujourd'hui, inutile de remarquer que Hervé Renard a remporté la Coupe d'Afrique partout où il est passé excepté au Maroc ! 

Walid Regragui et certainement Fawzi Lekjaa également, sont absolument conscients du passif accumulé depuis 1976 sur le continent et comme on ne rattrape jamais le temps perdu, on va faire comme tous les marocains, partagés comme d'habitude entre un optimisme démesuré et la crainte d'une nouvelle fracassante déception !

Pour le reste , la CAN ce n'est pas que du football mais également beaucoup de politique !
Can ya ma CAN ! 

ParHafid Fassi Fihri 





Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Dimanche 14 Janvier 2024

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Mai 2024 - 14:37 Avec AFP

Billet























Menu collant à droite de la page