L'ODJ Média



Quand plane le spectre d'une troisième guerre mondiale !(Première partie)


Rédigé par le Mercredi 3 Janvier 2024

Vladimir Poutine peut-il renoncer aux trois cents milliards de dollars d'avoirs russes gelés en Occident !?



Les 300 milliards de dollars d'actifs russes gelés seront-ils bientôt saisis au profit de l’Ukraine ?

Alors que la question des aides financières pour l’Ukraine coince et commence vraiment à faire grincer des dents des deux côtés de l’Atlantique, les Etats-Unis et certains pays d'Europe envisagent d’autres solutions pour soutenir l’effort de guerre de Kiev.

Ainsi, Washington considère sérieusement et franchement la possibilité de confisquer la totalité des 300 milliards de dollars d’actifs russes gelés depuis l’invasion de l’Ukraine en 2022 !

 Tandis que les Vingt Sept s'interrogent sur la légalité d'une telle manœuvre , il est de plus en plus évident que la Maison n'a pas des moyens infinis pour répondre aux défis de plusieurs fronts : en Ukraine, en Israël, en Mer Rouge , au Taïwan, en Corée du sud et même au Venezuela avec la nouvelle crise du Guyana !

Une demande pressante de Kiev.

Les avoirs russes bloqués en Occident pourraient-ils ainsi bientôt être saisis en faveur de l’Ukraine ? Officiellement, rien ne filtre et Washington ne soutient pas l’idée d’une confiscation de ces actifs russes gelés.

Les Etats-Unis, comme les autres alliés occidentaux de l’Ukraine, envisageaient jusqu’ici de saisir uniquement les intérêts de ces capitaux bloqués afin de financer l’effort de guerre ukrainien. Mais en coulisses, les Américains semblent sérieusement lorgner sur les montants considérables en jeu.

Les Etats-Unis ont proposé que les pays du G7 forment "des groupes de travail pour étudier les moyens de saisir ces 300 milliards de dollars  de fonds russes gelés dans des banques occidentales",  rapportait jeudi 28 décembre le Financial Times.

Selon l’une des sources américaines du journal, le G7 pourrait faire une annonce en ce sens en février, autour du deuxième anniversaire du début de la guerre déclenchée par la Russie.

Soutenus par le Royaume-Uni, le Japon et le Canada, les États-Unis proposent la création de trois groupes de travail qui, à huis clos, " examineront les questions juridiques liées à la confiscation des avoirs russes, la méthode d'application d'une telle politique et l'atténuation des risques", selon le Financial Times.

Les options envisagées vont de la confiscation directe des avoirs de la Banque centrale russe à l'utilisation des revenus générés par ces avoirs gelés, ou encore leur utilisation comme garantie pour des prêts destinés à Kiev.

Diplomatie de cow-boys !

Les Etats -unis pourraient même utiliser les Nations -unies afin d'abuser de leur droit d' inquisition et créer une commission occulte genre machin-truc avec des alibis bidons pour donner à leur manœuvre de détournement un semblant de légalité internationale !

Des fois où il en serait encore question toutefois !

La Maison Blanche n'en serait pas à son premier forfait car de triste et lugubre mémoire, les gendarmes du monde avaient utilisé le même scénario pour s'emparer, durant plusieurs années et à la manière de la diplomatie de cow-boys , de dizaines de milliards de dollars de rentrées du pétrole irakien pour soit -disant dédommager le Koweït !

Maintenant, la manœuvre semble périlleuse et très risquée pour la sécurité du monde car Dieu seul sait quelle pourrait être la réaction de la Russie !

En effet, Vladimir Poutine peut-il rester les bras croisés et perdre la face si la Maison Blanche franchit le pas et s'empare des trois cent milliards de dollars de fonds russes !?

Une chose est sûre, pour Joe Biden le temps presse et il serait tenté de commettre l'irréparable quitte à provoquer une guerre mondiale, vu le risque de devoir affronter encore une fois le très menaçant Donald Trump en novembre prochain !

Par Hafid Fassi Fihri
(A suivre )





Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Mercredi 3 Janvier 2024

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Mai 2024 - 14:37 Avec AFP

Billet