L'ODJ Média



Le port de Dakhla, le sésame marocain pour la ZLECAf


Rédigé par le Dimanche 31 Mars 2024

​La Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAf) marque une avancée significative dans l'histoire économique de l'Afrique. Considérée comme la plus grande initiative de ce genre depuis la fondation de l'Organisation mondiale du commerce, elle ambitionne de constituer un marché unique pour les biens et services afin de booster le commerce intra-africain. Au cœur de cette dynamique transformative, le Maroc se distingue par sa position stratégique, exploitant les opportunités qu'offre la ZLECAf tout en relevant les défis inhérents à une telle entreprise.



Objectifs et espérances de la ZLECAf qui aspire à être un vecteur de croissance pour l'Afrique, en mettant l'accent sur plusieurs objectifs clés

Premièrement, elle vise à stimuler le commerce intra-africain par l'élimination progressive des droits de douane sur 90% des produits, facilitant ainsi le mouvement des biens à travers les frontières. En second lieu, elle entend simplifier les procédures douanières, rendant le commerce plus fluide et moins coûteux.

L'initiative promet également de promouvoir l'industrialisation et la diversification économique par l'élargissement du marché, et de renforcer l'intégration économique par l'harmonisation des réglementations et la création d'un espace économique unifié.

Le Maroc et la ZLECAf : Une Opportunité Stratégique mais des défis à relever

Le Maroc, par sa position géographique unique, agit comme un pont entre l'Afrique et le reste du monde, offrant ainsi des avantages logistiques significatifs. Déjà bien implanté sur le continent dans divers secteurs économiques clés, le royaume voit dans la ZLECAf une chance d'étendre son influence et d'ouvrir de nouveaux marchés pour ses entreprises. Engagé dans les efforts d'intégration régionale et continentale, le Maroc joue un rôle de premier plan dans la promotion d'une Afrique unie et économiquement dynamique.

Cependant, la réalisation de ces objectifs n'est pas sans obstacles. Les barrières tarifaires et non tarifaires, les différences réglementaires, et le manque d'infrastructures de transport adéquates constituent des défis majeurs au commerce intra-africain. Le Maroc, conscient de ces enjeux, doit naviguer à travers ce paysage complexe pour tirer le meilleur parti de la ZLECAf.

Pour maximiser les avantages de son adhésion à la ZLECAf, le Maroc pourrait adopter plusieurs stratégies. 

Pour maximiser les avantages de son adhésion à la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAf), le Maroc envisage une série de stratégies ambitieuses qui embrassent pleinement l'importance des partenariats économiques intra-africains, l'engagement envers le développement durable, et le renforcement des compétences locales. Parmi les projets phares susceptibles de catalyser cette ambition, le développement du port atlantique de Dakhla se distingue comme un élément clé, ouvrant de nouvelles avenues pour le commerce et la logistique en Afrique.

Le développement du port atlantique de Dakhla, équipé des dernières technologies en matière de gestion portuaire et de logistique, pourrait devenir un hub numérique majeur pour le commerce électronique en Afrique. Cette infrastructure permettrait non seulement d'améliorer les flux commerciaux entre le Maroc et les autres pays africains mais aussi d'offrir des solutions logistiques avancées pour le e-commerce, facilitant ainsi l'accès aux marchés pour les PME africaines.

Ce projet ambitieux offrira une plateforme idéale pour renforcer ces liens, en agissant comme un point de convergence pour les échanges commerciaux et économiques sur le continent. Le port pourrait servir de base pour des accords de coopération logistique et commerciale, permettant aux pays africains d'exploiter les avantages de la ZLECAf plus efficacement grâce à des chaînes d'approvisionnement optimisées et des coûts de transaction réduits.

L'accent mis sur le développement durable est essentiel pour assurer la viabilité à long terme des initiatives économiques. Le développement du port de Dakhla avec une approche respectueuse de l'environnement, en utilisant des technologies vertes et en minimisant l'impact écologique, pourrait servir de modèle pour les projets d'infrastructure sur le continent. Cela renforcerait la position du Maroc en tant que leader en matière de développement durable en Afrique, tout en ouvrant des opportunités pour des investissements verts et des partenariats internationaux.

Le renforcement des capacités locales est crucial pour tirer pleinement parti des opportunités offertes par la ZLECAf. Le projet du port de Dakhla peut jouer un rôle déterminant dans ce domaine, en devenant un centre pour la formation professionnelle et le développement des compétences dans les secteurs de la logistique, du management portuaire et du commerce international. En collaboration avec des institutions éducatives et des organisations internationales, le Maroc pourrait développer des programmes de formation adaptés aux besoins du marché africain, contribuant ainsi à l'essor économique du continent.

En résumé, le développement du port atlantique de Dakhla est un projet stratégique qui peut grandement contribuer à l'exploitation par le Maroc des opportunités offertes par la ZLECAf. En mettant en œuvre ces stratégies, le Maroc peut non seulement renforcer sa position économique en Afrique mais aussi jouer un rôle moteur dans l'intégration et le développement économiques du continent. Ces efforts, couplés à une vision à long terme et à une collaboration étroite avec les partenaires africains et internationaux, sont essentiels pour réaliser le potentiel de la ZLECAf et promouvoir un avenir prospère pour l'Afrique.

L'entrée en vigueur de la ZLECAf ouvre au Maroc, et à l'Afrique dans son ensemble, un horizon d'opportunités sans précédent.

L'accès à un marché de plus d'un milliard de personnes, la stimulation des exportations dans des secteurs clés, et l'intégration dans les chaînes de valeur régionales ne sont que quelques-uns des avantages potentiels. Toutefois, la réussite de cette entreprise colossale requiert une vision à long terme, un engagement continu, et une collaboration étroite tant au niveau continental qu'international.

Le Maroc, avec sa stratégie proactive et sa position avantageuse, est bien placé pour jouer un rôle de leader dans la réalisation des ambitions de la ZLECAf. En surmontant les défis et en maximisant les bénéfices de cette initiative historique, le royaume peut non seulement renforcer sa propre économie mais aussi contribuer de manière significative au développement économique de l'Afrique. La ZLECAf représente donc non seulement un tournant pour le commerce intra-africain mais aussi une étape décisive vers l'intégration économique et le progrès partagé sur le continent.
 

ZLECAf et N Gage Consulting ont signé un protocole d’accord (MoU) visant à renforcer l’implémentation de la ZLECAf en Afrique du Nord et les pays arabophones

En vertu de cette alliance, les deux parties s’engagent à consolider leur coopération et à promouvoir des activités concrètes, notamment la tenue de webinaires, l’organisation de séances de réflexion productives, de dialogues public-privé ainsi que l’élaboration de bulletins d’information mensuels (newsletters) destinés à diffuser des informations pertinentes via les plateformes de médias sociaux, dans le but de sensibiliser le secteur privé et les entités gouvernementales aux objectifs de la ZLECAf, tout en mettant en lumière son Initiative de Commerce Guidé et son rôle dans la dynamisation des échanges entre les États membres.

De surcroît, cette collaboration facilitera les préparatifs du Forum des Affaires de la ZLECAf et de la Foire Commerciale Intra-Africaine (IATF), ainsi que la mise en œuvre de divers programmes de renforcement des capacités au profit des États membres en vue de stimuler les échanges intra-africains et de favoriser la mise en place de projets de partenariat public-privé (PPP) afin de soutenir les investissements dans les infrastructures.

Ce partenariat est destiné à promouvoir la ZLECAf comme un instrument de libéralisation des échanges et un moteur de développement durable, tout en renforçant les échanges commerciaux intra-africains en tant que vecteur de diversification économique et d’industrialisation.

N Gage Consulting, cabinet de premier plan opérant dans le domaine des relations gouvernementales et des politiques publiques au niveau la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, s’engage résolument à soutenir la ZLECAf et à déployer toutes les ressources nécessaires pour intensifier et étendre sa coopération avec le Secrétariat dans l’optique d’accroître l’intégration commerciale africaine.

Adnane Benchakroun






Dimanche 31 Mars 2024

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 13 Avril 2024 - 23:57 Des Oasis et des hommes

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.







Recherche






















Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala
Menu collant à droite de la page