L'ODJ Média



Selon l'indice du gaspillage alimentaire, les marocains gaspillent de plus en plus


Rédigé par La Rédaction le Mardi 2 Avril 2024



Le PNUE l'estime à 113 kg par an et par habitant

D’après un rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) pour l’année 2024, qui détermine un «indice du gaspillage alimentaire», les Marocains ont gâché l’équivalent de 4,3 millions de tonnes de nourriture en 2022, soit 113 kg par an et par habitant. En 2021, c’étaient 3,3 millions de tonnes de nourriture qui étaient gaspillées soit 91 kg de nourriture gâchée par habitant.

Le Maroc n’échappe donc pas à cette tendance et le gaspillage alimentaire serait en nette augmentation, d’un million de tonnes, comparativement avec les estimations faites dans les deux précédents rapports du PNUE. La moyenne nationale a évolué de 22 kg par habitant, selon le rapport 2024 sur l’indice de gaspillage alimentaire du PNUE.

En Afrique du Nord, c’est l’Égypte qui gaspille le plus de nourriture, avec 18 millions de tonnes de nourriture jetées par an (172 kg par habitant). Ce pays est directement suivi par l’Algérie, alors qu'en Tunisie, on jette 2,1 millions de tonnes de nourriture (à raison de 172 kg par habitant). La Libye gaspille quant à elle en moyenne 572.937 tonnes de nourriture chaque année (à raison de 84 kg par habitant).

Ainsi, les résultats de ce rapport confirment que contrairement aux idées reçues, le gaspillage alimentaire n’est pas seulement un problème de pays riches, puisque les niveaux de gaspillage alimentaire des ménages diffèrent des niveaux moyens observés pour les pays à revenu élevé, moyen supérieur et moyen inférieur de seulement 7 kg par habitant.

Cependant, les pays dont le climat est caractérisé par de plus fortes chaleurs semblent générer davantage de déchets alimentaires par habitant, ce qui pourrait s’expliquer par une plus grande consommation d’aliments frais, et donc en grande partie non-comestibles, ainsi que par des délais de péremption plus courts.

Par ailleurs, en plus du gaspillage des ménages, qui représentent près de 60% des déchets alimentaires dans le monde, les services de restauration sont, quant à eux, responsables de 28% de ce gaspillage, et la planète doit près de 12% de ces gâchis de nourriture aux commerces de détail.

La lutte contre le gaspillage alimentaire au Maroc doit denenir une préoccupation majeure de société, surtout quand on considère les statistiques alarmantes publiées par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE).

Ce fléau non seulement épuise les ressources naturelles et augmente les émissions de gaz à effet de serre, mais affecte également le pouvoir d'achat des citoyens marocains. Réduire le gaspillage alimentaire pourrait donc contribuer significativement à l'amélioration de leur qualité de vie.

D'où l'urgence d'une véritable stratégie nationale pour stopper et diminuer de façon significative ce gaspillage alimentaire. Cela passe par :  

L'éducation joue un rôle crucial dans la lutte contre le gaspillage. Il est essentiel d'initier des campagnes de sensibilisation pour informer les citoyens des impacts économiques, environnementaux et sociaux du gaspillage alimentaire. Les écoles, les médias et les plateformes en ligne peuvent être utilisés pour diffuser des messages sur l'importance de valoriser la nourriture et de pratiquer une consommation responsable.

Encourager les consommateurs à planifier leurs achats peut grandement réduire le gaspillage. Cela implique de faire une liste avant d'aller au marché ou au supermarché, d'acheter uniquement ce qui est nécessaire, et de comprendre et respecter les dates de péremption. Une meilleure planification des repas permet également de cuisiner en quantités appropriées, réduisant ainsi les restes inutilisés.

Sensibiliser à l'utilisation créative des restes peut transformer ce qui serait autrement jeté en de nouveaux repas savoureux. Des ateliers de cuisine ou des applications mobiles peuvent proposer des recettes spécifiquement conçues pour utiliser les restes, encourageant ainsi une culture du "zéro déchet" dans les foyers marocains.

Encourager les supermarchés, les restaurants et les ménages à donner les excédents alimentaires aux banques alimentaires ou aux associations caritatives peut aider à réduire le gaspillage tout en soutenant les personnes en situation de précarité. Cela nécessite un cadre légal et logistique pour faciliter le don de nourriture de manière sûre et hygiénique.

Promouvoir le compostage des déchets organiques chez les particuliers et au sein des collectivités peut non seulement réduire le volume de déchets alimentaires jetés mais aussi produire un compost de qualité pour l'agriculture, fermant ainsi la boucle du cycle alimentaire.

En somme, combattre le gaspillage alimentaire au Maroc requiert une approche multifacette impliquant l'éducation, la sensibilisation, et des changements dans les comportements d'achat et de consommation des individus.

En adoptant ces initiatives, non seulement on préserve les ressources naturelles et l'environnement, mais on contribue également à augmenter le pouvoir d'achat des citoyens marocains, leur permettant de vivre de manière plus durable et économique.





Mardi 2 Avril 2024

Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.







Recherche






















Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala
Menu collant à droite de la page