L'ODJ Média



Faible corrélation entre les prix internationaux des carburants et ceux pratiqués au Maroc


Rédigé par La Rédaction le Dimanche 7 Avril 2024

Dans un monde où l'économie de marché prédomine, la transparence et la régulation efficace sont des piliers essentiels pour assurer une concurrence loyale et protéger les intérêts des consommateurs. Le cas de notre pays en ce qui concerne la faible corrélation entre les prix internationaux du gaz, du gazole et de l'essence et ceux pratiqués sur le marché domestique, met en lumière les défis auxquels les régulateurs sont confrontés dans la surveillance des marchés énergétiques.



Il est de notoriété publique, et désormais officiellement confirmé par le Conseil de la Concurrence du Maroc, que les prix des carburants sur le marché national ne reflètent pas toujours fidèlement les fluctuations des prix à l'international. Cette situation suscite des interrogations, notamment lorsque les prix internationaux augmentent et que cette hausse est immédiatement répercutée sur les consommateurs marocains, alors que la baisse des prix à l'international peine à se traduire par une diminution des tarifs au niveau national.

Selon les données fournies par le Conseil, pour le gazole, une corrélation significative a été observée entre les variations des prix internationaux, les fluctuations des coûts d'achat, et les changements dans les niveaux de stocks, avec un coefficient de corrélation avoisinant 0,88. Cela indique une forte liaison entre les coûts d'achat des opérateurs et les prix de vente au consommateur, bien que cette relation soit moins marquée pour l'essence, où les coefficients de corrélation sont plus faibles.

Cette disparité dans la corrélation entre les deux types de carburants suggère que différents facteurs influencent la fixation des prix au Maroc. Parmi eux, l'effet stock joue un rôle prépondérant. En effet, les opérateurs sont souvent contraints d'écouler des stocks achetés à des prix plus élevés avant de pouvoir répercuter toute baisse des prix internationaux sur les consommateurs. Cette situation est exacerbée par des phénomènes de rattrapage où, après des périodes de marges brutes faibles, les opérateurs augmentent leurs prix bien au-delà des fluctuations des coûts d'achat pour compenser les pertes antérieures.

L'analyse des données de 2023 illustre parfaitement cette dynamique. Le premier semestre a été caractérisé par des marges brutes relativement faibles pour les opérateurs, tandis que le deuxième semestre a vu une augmentation significative des marges, indiquant une tentative de rattrapage après une période de compressions.

Face à ces constatations, le Conseil de la Concurrence a pris des mesures pour améliorer la transparence et la concurrence sur le marché des hydrocarbures. Lors de sa réunion en collège le 13 novembre 2023, il a entériné des accords de transaction avec neuf sociétés opérant dans le secteur, incluant le paiement d'amendes et la souscription à des engagements comportementaux. Parmi ces engagements, la publication trimestrielle d'un rapport sur l'activité des sociétés dans le secteur des hydrocarbures vise à offrir une plus grande visibilité sur la formation des prix et à favoriser une concurrence saine.

Cette initiative est un pas dans la bonne direction. Cependant, elle souligne également l'importance d'une régulation dynamique et proactive du marché pour garantir que les bénéfices des fluctuations des prix internationaux soient équitablement partagés entre les opérateurs et les consommateurs. La transparence et la surveillance régulière sont cruciales pour détecter et corriger toute distorsion du marché qui pourrait porter préjudice aux consommateurs et entraver une concurrence équitable.

En conclusion, l'exemple marocain illustre les défis et les complexités de la régulation des marchés énergétiques dans une économie mondialisée. Il met en exergue la nécessité d'une régulation attentive et informée, capable de s'adapter aux dynamiques du marché pour protéger les intérêts des consommateurs tout en favorisant un environnement de marché sain et compétitif. La voie vers un marché des hydrocarbures plus transparent et équitable au Maroc passe indubitablement par une régulation renforcée, une surveillance accrue et une collaboration étroite entre le gouvernement, les régulateurs et les opérateurs du marché.





Dimanche 7 Avril 2024

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média























Menu collant à droite de la page